Peau

La peau est un organe composé de plusieurs couches de tissus. Elle joue, entre autres, le rôle d'enveloppe protectrice du corps.


Catégories :

Système tégumentaire

Recherche sur Google Images :


Source image : arts-plastiques.ac-rouen.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • Enveloppe d'un corps humain ou animal; La personne elle-même; Dépouille de l'animal, cuir; Parties tendineuses et coriaces qui se trouvent... (source : fr.wiktionary)
  • Enveloppe extérieure recouvrant le corps humain de la tête aux pieds. Les zones où la peau est plus épaisse sont nommées «cuir», par exemple le «cuir chevelu». (source : procheveux)
  • Recouvre et protège notre corps. Depuis la surface, elle se compose de l'épiderme, du derme et de l'hypoderme. Les Pemphigus superficiels correspondent à une attaque dans le haut de l'épiderme.... (source : pemphigus.viabloga)
Photo rapprochée de la peau humaine

La peau est un organe composé de plusieurs couches de tissus. Elle joue, entre autres, le rôle d'enveloppe protectrice du corps.

Chez l'Homme, elle fait partie des organes principaux du corps en regard de sa surface et de sa masse : chez l'adulte, à peu près 2 m² pour 5 kg[1].

La dermatologie est la spécialité médicale qui traite des affections de la peau.

Des points de vue histologique et anatomique, la peau comprend trois parties principales :

  • La partie superficielle, la plus mince, appelée : épiderme. Elle est rattachée à une partie inférieure (4 sur le diagramme).
  • La partie interne la plus épaisse : le derme (5 sur le diagramme).
  • Une couche plus profonde, l'hypoderme, qui n'est classiquement pas assimilée à une couche de peau (6 sur le diagramme).

La totalité «peau» et ses phanères (ongles, poils) s'appelle le tégument.

9 - Poil
10- cornée
11- couche pigmentée
12- kératinocytes
13- Mélanocytes
14- muscle érecteur du poil
15- glande sébacée
16- folicule pileux
17- bulbe
18- nerf
19- dispositif lymphatique et vasculaire
20- glande sudoripare eccrine
21- Corpuscule de Pacini

1- pore de transpiration
2- jonction dermo-épidermique (papille dermique)
3- terminaison nerveuse (toucher)
4- épiderme
5- derme
6- hypoderme
7- veine
8- artère

La peau supporte naturellement son propre micro-écodispositif constitué d'organismes spécialisés ou opportunistes (acariens, micro-nématodes, micro-champignons et particulièrement nombreuses bactéries : la flore cutanée commensale et transitoire). Les populations et espèces composant la flore cutanée fluctuent selon les individus et les zones géographiques.

L'écodispositif qui couvre la peau fluctue selon les parties du corps. Il est différent sur le cuir chevelu, le visage, le dos, les aisselles, etc. Les muqueuses épithéliales internes accueillent des communautés d'organismes toujours particulièrement différentes (microbiote), jouant un rôle important dans la digestion, dans l'intestin surtout.

Diverses évaluations ont trouvé des populations bactériennes allant pour un pouce carré (6, 5 cm carrés) de peau humaine jusqu'à 50 millions de bactéries (mais ce chiffre fluctue fortement comparé à une moyenne 20 feet2 (1, 9 m2) de la peau humaine. Les zones où la peau est plus grasse, comme sur le visage, accueillent plus de 500 millions de bactéries par pouce carré (6, 5 cm2). Ce nombre est élevé, mais la totalité de ces bactéries tiendrait dans le volume d'un pois[2]. On estime que ces micro-organismes jouent un contrôle dans les équilibres qui sont ceux d'une peau saine.

Maintien de la température corporelle

La sécrétion de sueur intervient dans la régulation de la température corporelle. Elle augmente avec la température, et provoque un rafraîchissement grâce à son évaporation en surface par effet de refroidissement éolien. Elle diminue quand la température s'affaiblit.

Les mammifères ont une peau recouverte de poils. Ceux-ci interviennent dans la régulation thermique par leur rôle isolant contre le froid ou le chaud, ce en créant une couche d'air isolante entre la peau et les poils. Le fonctionnement est semblable à celui des plumes.

La peau, caractérisée par une grande capacité de régénération et de cicatrisation forme - en continuité avec les muqueuses - une barrière physique souple qui protège les tissus et les organes de la majorité des agressions extérieures. La peau est résistante à la majorité des infections tant que son intégrité physique et fonctionnelle est assurée.

La peau sert à maintenir le milieu corporel intérieur isolé et limite les pertes d'eau, tout en contenant les fluides corporels (sang, lymphe.. ) quoiqu'étant semi-perméable face aux liquides extérieurs.

D'autre part, elle joue un rôle de protection contre les rayons solaires, surtout les UV, surtout grâce à la présence de mélanocytes.

La peau joue un rôle dans la nociception. Les terminaisons nerveuses contenues dans la peau, et surtout au bout des doigts, autorisent l'homme d'explorer son environnement par le toucher. La peau permet ainsi une sensibilité à la pression, à la température, ainsi qu'à la douleur. Elle possède quatre types de récepteurs, qui réagissent selon stimuli différents, et qui retournent des informations interprétables par le cerveau. Ces informations parcourent la colonne vertébrale, jusqu'au thalamus via deux types de canaux : l'un pour les informations concernant la douleur et la température, l'autre pour le toucher à proprement parlé (texture, dureté, etc…).

Récepteur Perception Forme Durée de perception Grandeur du champ récepteur Fréquences perçues
Merkel Pression lente : légère tape, petits détails Disque Tant que stimulus est présent petit (1 mm) 0.3 à 3 Hz
Meissner Pression rapide : tremblement, frottement Boudin Ne dure pas petit 3 à 40 Hz
Ruffini Étirement Cylindre Tant que stimulus est présent grand (8 mm) 15 à 400 Hz
Pacini Vibration rapide Oignon Ne dure pas grand 10 à 500 Hz

Certaines cellules épidermiques jouent un rôle important dans la protection immunitaire du corps humain. On y trouve des cellules dendritiques, autrement nommées cellules de Langerhans.

Réservoir sanguin et lymphatique

Le derme contient un réseau de vaisseaux sanguins représentant à peu près 10% du sang chez l'adulte. Durant l'exercice physique, les vaisseaux sanguins de la peau se contractent pour faciliter l'apport sanguin aux muscles.

Quand elle est exposée aux rayons ultraviolets, la peau participe à la synthèse de la vitamine D (à partir de dérivés du cholestérol) indispensable à la croissance ainsi qu'à l'équilibre calcique et phosphorique du corps humain.

Icône de détail Article détaillé : Dermatose.

En médecine humaine, la branche traitant des affections de la peau est la dermatologie.

Les causes des affections cutanées peuvent être multifactorielles. L'intégrité de la peau peut être mise en jeu par des agents externes, comme une colonisation par des micro-organismes pathogènes, des insectes ou parasites, des altérations génèrées par des piqûres, brûlures, ou un traumatisme ou encore par une affection systémique.

Localement, la peau salie, érodée ou blessée peut être source de développement d'organismes pathogènes.

Certains de ces micro-organismes, composant la flore cutanée, peuvent d'autre part devenir pathogènes s'ils se développent en excès en raison d'un déséquilibre du milieu cutané. Le déséquilibre peut être induit par un excès de souillures ou à contrario, une trop forte détersion. Une rupture ou perturbation de cet équilibre peut conduire à la prolifération d'un ou plusieurs organismes ainsi qu'à une infection (externe ou interne de l'organisme). L'érosion excessive par exfoliateurs ou produits nettoyants attaquant les sébums et organismes protecteurs, comme par exemple un biocide, un antibiotique ou autre produit cosmétique, tue les organismes protecteurs de la peau ou de la muqueuse. Il peut en résulter une brutale prolifération de champignons, conduisant à une mycose.

Les cellules mortes qui s'accumulent sur l'épiderme, mélangées avec des sécrétions sébacées ainsi qu'à la sueur ainsi qu'à la poussière, la terre ou à diverses substances (dont maquillages, crèmes.. ) peuvent former une couche de surface supportant le développement de nombreux micro-organismes, spécialisés ou opportunistes, surtout par une flore bactérienne susceptible de produire une odeur caractéristique.

D'autre part, les agents externes, qu'ils soient chimiques ou organiques, peuvent contribuer à des réactions allergiques.

Des perturbations (hormonales ou autres) impliquant une suractivité des glandes sébacées (produisant le sébum, lubrifiant naturel de la peau saine) amènent à une peau plus grasse et épaisse. La peau grasse est moins sujette à la naissance de rides ou d'autres symptômes de vieillissement, l'huile du sébum contribuant à la maintenir humide et mieux protégées sous l'épiderme. La peau grasse est davantage susceptible de produire des boutons d'acné, au niveau des pores visibles (sauf autour des yeux et du cou sur la tête), ou des pores obstrués (phénomène dit de «points noirs»). D'autre part, une tentative sévère de dégraissage peut faciliter une aggravation de la sécrétion de sébum, ce pourquoi les détergent doux sans huile, cires ou autres agents lipidiques sont recommandés aux peaux grasses.

Celles-ci peuvent être de causes locales, le reflet d'une affection systémique ou les deux.

La Greffe de peau est une opération chirurgicale assez facile et courante (en autogreffe). Des cellules de peau peuvent être cultivée in vitro, soit pour faire des greffes, soit pour tester le caractère toxique de certains produits chimiques, ou d'irradiations sur la peau humaine.

On nomme cuir la peau épaisse de certains animaux (bovins). Le cuir est aussi la peau tannée de certains animaux (bœuf, chèvre, chevreau, agneau... ).

  1. si M est la masse corporelle en kg et L la taille du sujet en m, on peut estimer la surface S par
    S = (71, 84×M0, 425× (100×L) 0, 725) /104 [1] ;
    certaines sources mentionnent une masse de 2 à 4 kg [2] [3], l'épaisseur fluctue de 1 à 3 mm
  2. Theodor Rosebury. Life on Man : Secker & Warburg, 1969 ISBN 0-670-42793-4

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Peau.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 21/11/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu