Nœud sinusal

Le nœud sinusal ou nœud de Keith et Flack est un ensemble de cellules localisé dans la paroi supérieure de l'oreillette droite du cœur, dont la dépolarisation commande le rythme cardiaque.


Catégories :

Tissu cardiaque

Le nœud sinusal ou nœud de Keith et Flack (nodus sinuatrialis) est un ensemble de cellules localisé dans la paroi supérieure de l'oreillette droite du cœur (atrium droit), dont la dépolarisation commande le rythme cardiaque.

Anatomie

Il s'agit d'un groupe de cellules localisées au sommet de l'oreillette droite (atrium droit), près de l'arrivée de la veine cave supérieure. Cette structure est indiscernable à l'œil nu.

Physiologie

Ces cellules autorythmiques déchargent des potentiels d'action de manière cyclique. Au cours de la diastole, le potentiel de membrane est hyperpolarisé à cause du potentiel d'action précédent. Pendant l'hyperpolarisation, d'autre canaux ioniques perméables au calcium sont désactivés (le calcium ne rentre pas dans la cellule, il en sort grâce à des pompes ATP dépendantes). Cette hyperpolarisation active des canaux ioniques de type HCN. Ces derniers ont une cinétique d'ouverture lente et sont perméables à un courant entrant de potassium et de sodium (Ih). Ils dépolarisent par conséquent lentement la membrane (l'intérieur de la membrane est de plus en plus positif : il rejoint le potentiel externe). Lorsque la dépolarisation diastolique franchit le seuil d'activation de ces canaux, un courant calcique de type T (IT) est généré qui initie le potentiel d'action (le calcium rentre dans la cellule). Au cours de la dépolarisation due au potentiel d'action, le courant IT est inactivé et le courant Ih désactivé (le sodium ne rentre plus dans la cellule) (voir biophysique des canaux ioniques). Ainsi le potentiel d'action est suivi à nouveau d'une hyperpolarisation (hyperpolarisation génèrée par le rétablissement des équilibres ioniques de part et d'autre de la membrane). Le calcium quitte la cellule grâce à des pompes ATP dépendantes, et de pompes non ATP dépendantes font rentrer du potassium dans la cellule et sortir du sodium. La cellule atteint par conséquent à nouveau un niveau d'hyperpolarisation suffisant pour provoquer la rentrée d'ions sodium dans la cellule etc... La cinétique du courant Ih définit la fréquence de ce générateur autonome de rythme (pacemaker).

Mécanisme électrophysiologique de génération du rythme cardiaque

La dépolarisation du potentiel d'action est conduite de proche en proche dans les cellules des oreillettes droites et gauches, s'accompagnant d'une contraction des fibres musculaire. Elle parvient jusqu'au faisceau de His où l'influx électrique se transmet aux deux ventricules.

Le nœud sinusal possède sa propre automaticité donnant la possibilité une dépolarisation à une fréquence proche de 70 à 80/mn chez l'être humain adulte. La fréquence est régulée par :


L'irrigation du nœud sinusal dépend de l'artère coronaire droite : en cas d'infarctus du myocarde intéressant cette artère, le fonctionnement de ce nœud peut être perturbé.

Exploration

l'ECG

L'ECG visualise la dépolarisation des oreillettes sous forme d'une onde P. Une succession de séquences P-QRS forme un rythme normal nommé aussi rythme sinusal. En cas de dysfonction (mauvais fonctionnement) sinusale, une ou plusieurs ondes P peuvent être absentes. Cela se manifeste sur le tracé par des pauses. Ces dernières peuvent être aussi visualisées sur un Holter cardiaque qui est un enregistrement de l'électrocardiogramme sur une journée.

Exploration électrophysiologique

Elle consiste à monter des sondes par voie veineuse sous contrôle radiologique jusque dans le cœur et d'y mesurer directement l'activité électrique. On ne peut cependant pas visualiser directement la dépolarisation du nœud sinusal, mais avec protocoles de stimulation de l'oreillette suivi d'un arrêt brusque, on peut démasquer un mauvais fonctionnement de ce dernier.

Maladies du nœud sinusal

Voir article troubles de la conduction cardiaque.

Une atteinte du nœud sinusal peut s'appeler selon différents termes qui sont équivalents : dysfonction sinusale, maladie du sinus, bloc sino-auriculaire. Elle se manifeste par un cœur trop lent (bradycardie) pouvant être soit permanent, soit par instant (paroxystique).

Elle se manifeste par :

La cause peut être :

Le traitement est celui de la cause. En cas de besoin, on peut proposer la mise en place d'un stimulateur cardiaque.

Voir aussi


Recherche sur Google Images :



"Noeud sinusal"

L'image ci-contre est extraite du site bonjour-docteur.com

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (478 x 363 - 41 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/N%C5%93ud_sinusal.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 21/11/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu