Langue

La langue est un organe localisé dans la cavité buccale, qui permet de la mastication, à la phonation ainsi qu'à la déglutition.


Catégories :

Bouche - Anatomie de l'appareil digestif - Anatomie humaine par système - Organe du langage

La langue est un organe localisé dans la cavité buccale, qui permet de la mastication, à la phonation ainsi qu'à la déglutition. C'est aussi l'organe du goût. C'est un organe particulièrement vascularisé. Les pressions développées par la langue sur les dents sont capables de les déplacer. La langue est le principal facteur de récidives en orthodontie. Pour cette raison, l'orthodontie fonctionnelle lui accorde une place centrale.

Une langue humaine

Anatomie

Muscles extrinsèques de la langue. Vue de droite.

La langue mesure en moyenne 10 cm (quoique le célèbre bassiste et chanteur du groupe Kiss, Gene Simmons, possède une langue de 17 cm).

La langue est divisée en deux sections, la racine de la langue et le corps de la langue qui est , lui aussi, divisé en deux parties : le tiers postérieur ou segment pharyngien et les deux-tiers antérieurs ou segment buccal.

La langue prend naissance au niveau de l'os hyoïde. Son squelette est ostéo-fibreux : il comprend l'os hyoïde et deux membranes fibreuses, le septum lingual (qui sépare la langue en deux moitiés) et la membrane hyo-glossienne.

Plusieurs muscles concourent à la formation de la langue. Ces muscles prennent origine sur l'os hyoïde, la mandibule, l'apophyse styloïde du temporal et le palais. Ils sont quinze en tout, ainsi qu'à l'exception d'un seul (le muscle longitudinal supérieur), ils sont présents en paires. Il y a par conséquent sept muscles pairs et un muscle impair.

Muscles extrinsèques de la langue

Par définition, les muscles extrinsèques de la langue prennent naissance hors de celle-ci et s'insèrent sur elle . Les quatre paires de muscles extrinsèques servent à sa protrusion, sa rétraction, sa dépression ou son élévation.

Muscle Fixation externe Nerf Fonction
Génioglosse mandibule protrusion et dépression de sa partie centrale.
os hyoïde dépression de la langue.
élévation et rétraction de la langue.
dépression du palais mou, déplacement des piliers antérieurs vers la ligne médiane et élévation de l'arrière de la langue.

Il existe un muscle impair et trois paires de muscles intrinsèques de la langue :

La langue est fréquemment citée comme étant «le muscle le plus fort du corps humain», une affirmation qui ne correspond à aucune définition de la force. Cette phrase tient peut-être son origine d'une métaphore, en référecen au pouvoir des mots.

Vaisseaux de la langue

La langue est vascularisée par l'artère linguale, une branche de l'artère carotide externe. L'artère linguale se divise en trois branches majeures :

La veine linguale, ou veine ranine, assure le drainage du territoire de la langue dans le tronc veineux thyro-linguo-facial qui se jette ensuite dans la jugulaire interne.

Face antérieure

La partie postérieure (segment pharyngien) de la face antérieure de la langue comprend l'épiglotte, les amygdales linguales, les piliers antérieurs et postérieurs entre lesquels logent l'amygdale palatine et le foramen cæcum. La portion pharyngienne de la langue est peu visible normalement quand la bouche est ouverte. Cette partie va jusqu'au sillon terminal de la langue, à l'endroit où débute la langue comme elle est définie par la majorité des gens, soit la section buccale de la langue.

La section buccale part de l'apex de la langue jusqu'au sillon terminal et est parcourue par un sillon médian. C'est sur cette partie que se trouvent les papilles.

Face inférieure

Vascularisation de la face inférieure de la langue

Sur la face inférieure de la langue, on peut apercevoir le frein lingual qui est une mince membrane qui relie la face inférieure de la langue au plancher de la bouche. Les veines ranines sont aussi bien visibles dû au fait que la peau (muqueuse) est mince et transparente dans cette région.

Une autre structure visible est la caroncule linguale, localisée dans le plancher de la bouche, au pied du frein lingual. La caroncule sublinguale est percée de l'ostium ombilical qui est en fait l'orifice du canal de Wharton. Le canal de Warthon est le canal excréteur de la glande salivaire submandibulaire.

De chaque côté de la caroncule, on peut aussi voir les orifices des canaux salivaires des glandes sublinguales.

Les papilles gustatives

Le V lingual

Chez l'humain, elles permettent de reconnaître les différentes saveurs : sucré, salé, amer, l'umami et l'acide. Des papilles gustatives recouvrent la langue et sont responsables de la vision des goûts. Les papilles se classent en quatre sortes :

Des bourgeons gustatifs sont des structures composées de cellules gustatives reliées à des nerfs sensitifs. La vision d'un type de goût n'est pas due à une sorte de papille spécifique mais à une région de la langue (information fausse source recherche de l'IRA A. Furion). On peut aussi retrouver des bourgeons gustatifs à d'autres lieux que sur les papilles gustatives, comme sur la muqueuse des joues, des gencives, du palais et de la luette.

Seuls les 5 goûts précités (sucré, salé, acide, amer, umami) sont susceptibles d'être perçus par les bourgeons du goût. Pour le reste des goûts (goût de réglisse, d'anis, de riz, etc. ), c'est du côté du nez et de l'odorat que ça se passe.

L'innervation

La langue possède une triple innervation :

Nerfs moteurs de la langue

Le nerf glosso-pharyngien innerve le muscle stylo-glosse et le nerf hypoglosse innerve l'ensemble des autres muscles de la langue.

Nerfs sensitifs

Nerfs sensoriels

Rôles de la langue

La langue est le principal moteur de la croissance des mâchoires. Son rôle est comparable à celui d'un appareil orthodontique naturel. Ses contacts avec le palais, 1500 à 2000 fois par jour (lors de chaque déglutition réflexe de la salive), produisent des microstimulations responsables du développement en largeur de la base osseuse. La dysfonction de la langue, caractéristique d'une déglutition infantile ou déglutition primaire et présente en cas de respiration buccale, est responsable de l'étroitesse des mâchoires et des malocclusions, observées chez un nombre croissant d'enfants.

L'os hyoïde sur lequel la langue s'insère est un centre névralgique connecté à la totalité des chaînes musculaires du corps. La position de la langue influence directement le tonus postural et la position du diaphragme. Une langue ptôsée ou basse est responsable de l'avachissement de la posture et d'une respiration claviculaire superficielle par blocage du diaphragme.

Enrouler sa langue

Langue enroulée

Il a longtemps été cru que pouvoir rouler sa langue en forme de U était un caractère génétique. Cette erreur est d'ailleurs présente dans certains manuels scolaires. N. G. Martin a prouvé le contraire dans une étude parue en 1975, surtout en étudiant cette capacité chez des jumeaux. Il s'est avéré que chez certains jumeaux monozygotes (ou vrais jumeaux), l'un pouvait rouler sa langue en U et pas l'autre[1].

Notes et références

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Google Images :



"la langue et ces dimensions"

L'image ci-contre est extraite du site zobairi8zebra.centerblog.net

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (540 x 495 - 17 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Langue_(anatomie).
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 21/11/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu