Foie

Le foie est un organe abdominal impair et asymétrique, logé chez l'homme dans l'hypocondre droit, la loge sous-phrénique droite, la partie supérieure du creux épigastrique puis atteint l'hyponcondre...


Catégories :

Anatomie de l'appareil digestif - Anatomie humaine par système - Hépatologie

Recherche sur Google Images :


Source image : ouest-transplant.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • Le foie est le plus grand et l'un des plus importants organes du corps humain. Le foie stocke les graisses, sucres, vitamines et autres... (source : hepbinfo)
  • Le foie a d'importantes fonctions de synthèse et d'homéostasie : de la glycémie, des lipides circulants et de nombreuses protéines en ... (source : mapage.noos)
Le foie est en rouge sur cette représentation du dispositif digestif humain.

Le foie est un organe abdominal impair et asymétrique, logé chez l'homme dans l'hypocondre droit, la loge sous-phrénique droite, la partie supérieure du creux épigastrique puis atteint l'hyponcondre et qui assure trois fonctions vitales : une fonction d'épuration, une fonction de synthèse et une fonction de stockage. C'est le plus volumineux des viscères humains (deux pour cent du poids corporel, soit une moyenne de 1 500 grammes) et l'organe du corps humain qui effectue le plus grand nombre de transformations chimiques. La discipline médicale qui lui est rattachée s'appelle l'hépatologie.

Selon la segmentation hépatique de Couinaud   (en) [1], le foie est divisé en secteurs, eux-mêmes divisés en segments.
Les veines sus-hépatiques délimitent le foie en secteurs : la veine sus-hépatique gauche sépare le secteur latéral du secteur paramédian gauche, la veine sus-hépatique médiane sépare le foie droit du foie gauche c'est-à-dire le secteur paramédian gauche du secteur antérieur droit (ou secteur paramédian droit) et la veine sus-hépatique droite sépare le secteur antérieur droit du secteur postérieur droit (ou secteur latéral droit) [2].
Les branches de division de la veine porte délimitent les secteurs du foie en huit segments numérotés de I à VIII sur la face inférieure du foie dans le sens inverse des aiguilles d'une montre[3] :

  • le segment I correspond au lobe de Spiegel ainsi qu'à la partie du foie en avant de la veine cave ;
  • le segment II correspond au secteur postérieur gauche ;
  • les segments III et IV correspondent au secteur antérieur gauche ;
  • le segment V correspond à la partie inférieure et le segment VIII à la partie supérieure du segment antérieur droit ;
  • le segment VI correspond à la partie inférieure et le segment VII à la partie supérieur du segment postérieur droit.

Ainsi le foie droit contient les segments V, VI, VII et VIII et le foie gauche comprend les segments II, III et IV[2].

La division anatomique du foie divise le foie en deux lobes scindés par le ligament falciforme (ou ligament suspenseur) [2] :

  • Le lobe droit (deux tiers du volume) comprend le foie droit plus le segment IV ;
  • Le lobe gauche (un tiers du volume) comprend le foie gauche moins le segment IV : il contient par conséquent les segments II et III.

En chirurgie, on décompose le foie en deux hémi-foies : foie droit (segments I, II, III, IVa et IVb) et foie gauche (segments V, VI, VI, VII et VIII) Le foie gauche reçoit la branche gauche de division de l'artère hépatique et de la veine porte, le foie droit la branche droite. Cette segmentation est principale pour la chirurgie hépatique dans la mesure où elle permet l'ablation d'un segment sans gêner la vascularisation des autres segments. Il est entouré de la capsule de Glisson, composée de feuillets péritonéaux ; c'est cette capsule qui véhicule la sensation douloureuse (le foie n'étant pas innervé il ne peut pas véhiculer les douleurs).

La nomenclature anglo-saxonne est différente de la classification de Couinaud.

L'apport sanguin est réalisé par l'artère hépatique, amenant le sang oxygéné, et par la veine porte ramenant le sang du tube digestif riche en nutriments en période post-prandiale. Le sang de ces deux vaisseaux se mélange dans les sinusoïdes hépatiques qui cheminent entre les travées d'hépatocytes pour se réunir dans une veine centrolobulaire. Le retour veineux du foie s'effectue par les veines hépatiques, aussi nommées veines sus-hépatiques, qui se jettent dans la veine cave inférieure.

Voies biliaires intra et extra-hépatiques

Article détaillé : Voies biliaires.

Les hépatocytes sécrètent la bile dans les canalicules biliaires qui confluent et forment les canaux hépatiques droit et gauche dont la réunion forme le canal hépatique commun qui quitte le foie au niveau du hile hépatique. Le canal cystique issu de la vésicule biliaire se jette dans le canal hépatique commun qui devient le cholédoque, lequel s'abouche dans le duodénum.

Foie humain, vue supérieure
Foie humain, vue inférieure

Le foie est constitué de cellules hépatiques (hépatocytes) organisées en travées autour des sinusoïdes. L'unité fonctionnelle du foie est le lobule hépatique. Ses échanges avec le reste du corps se font pour la majorité à travers sa double irrigation sanguine (veine porte et artère hépatique), qui se termine par une grande variété de capillaires jusqu'à l'intérieur du foie.

80 % des cellules du foie sont des hépatocytes mais il existe d'autres types cellulaires :

  • cellules des canaux biliaires ;
  • cellules endothéliales ;
  • cellules de Küppfer (macrophage)  ;
  • cellules de Ito (fonction métabolique de la vitamine A et des lipides, et produit la matrice extra-cellulaire autour de cellules endothéliales)  ;
  • lymphocytes hépatocytaires.
  • cellules ovales (cellules pluripotente) - fonction de régénération des hépatocytes et endothéliales

Emmagasine les vitamines liposoluble (A, D, K et E) Emmagasine le glycogène

  • Rôle dans le métabolisme des protéines :
  • Destruction des hématies et leucocytes vieillis, mais aussi de certaines bactéries présentes dans le sang ;
  • Transformation de la bilirubine libre (toxique) en bilirubine conjuguée (non toxique). (La bilirubine provient de la dégradation des globules rouges dans la rate).

Le foie est aussi principal régulateur de glycémie dans le sang (et plus exactement le plasma). En effet, il est l'unique organe à passer de producteur à stockeur de glucose. On dit qu'il est hypoglycémiant (stockage de glucose sous forme de glycogène) ainsi qu'hyperglycémiant (libère du glucose dans le sang après avoir fait une glycogénolyse). C'est en période de jeûne que le foie rejette du glucose dans le sang. Grâce à l'enzyme glucose-6-phosphatase, il transforme le glycogène, synthétisé pour le stockage, en glucose. Cette enzyme étant inexistante dans les tissus adipeux (comme les muscles), le glycogène synthétisé ne peut pas être détruit en glucose puis libéré dans le sang. Le foie est par conséquent l'unique organe hyperglycémiant, quoique les lipocytes (tissus adipeux) et les myocytes (cellules musculaires) puissent stocker du glycogène.

  • Stockage d'une grande variété de substances, dont la vitamine B12, le fer, le cuivre et le glucose (sous forme de glycogène). Celles-ci sont récupérées lors de la destruction des vieilles hématies.

Métastases secondaires hépatiques provenant des cancers primitifs suivants :

  • Carcinomes : côlon, bronches, sein, prostate, rein
  • Cancers endocrines, cardia,
  • et ne pas oublier les métastases secondaires suite à mélanomes et plus dramatique les mélanomes choroïdiens.

  • Hémangiomes : prévalence (1 - 2 %)
  • Adénome : rare, atteint la femme, dû aux contraceptifs oraux
  • Hyperplasie nodulaire focale : rare

Article détaillé : Transplantation hépatique.

Le plus fréquemment un foie endommagé se régénère spontanément. Dans le cas opposé, le foie peut être remplacé chirurgicalement. Le foie conçu pour la transplantation peut provenir soit d'une personne en état de mort cérébrale soit d'un donneur vivant. Dans ce dernier cas, le donneur se voit retirer une partie de son foie qui est transplantée chez le malade. Chaque moitié du foie se régénère en un foie complet.

En triperie, le foie est une viande animale comestible qui fait partie des abats. Elle doit être consommée sous forme cuite (pour éviter la toxocarose).

Sa teneur en protides est de 20 à 22 % et sa teneur en lipides est spécifiquement réduite, de 4 % (poulet, bœuf, mouton, agneau) à 5 % (porc, veau), ce qui en fait une «viande» maigre, assez digeste. Sa teneur en cholestérol et en purines est élevée mais cet aspect est généralement à relativiser, dans le cadre d'une alimentation variée et équilibrée. Les abats et par conséquent le foie, surtout celui de bœuf, sont aussi plus chargés en plomb que d'autres viandes mais dans une teneur proportionnellement moindre que certains poissons (qui contiennent en outre nettement plus de mercure).

Le foie se cuit le plus souvent poêlé. Le foie de veau (blond marron à la coupe) est le plus souvent le plus tendre ; il est savoureux poêlé, grillé ou sauté. Les foies d'agneau ou de génisse (rouge à la coupe), tendres, peuvent aussi se griller en brochettes. Les foies de mouton et de bœuf ne sont guère goûteux. Le foie de porc est en particulier utilisé dans la fabrication de pâtés et de terrines.

Le foie est une source majeure de vitamines et de sels minéraux essentiels. Le foie de veau est riche en vitamine A (tout comme le foie de porc) mais également en vitamines B1, B2, B5 ou acide pantothénique, B9 ou acide folique, B12, C, en fer, zinc, phosphore et potassium. Goûteux, c'est aussi le foie le plus coûteux.

Les foies de bœuf, de mouton et de poulet (le moins riche en vitamines et en fer) ne contiennent quasiment pas de vitamine A ; par contre, ils sont aussi riches en thiamine, riboflavine et niacine, acides aminés qui jouent un rôle capital dans l'organisme pour l'utilisation de l'énergie.

Contenu en vitamines de foies poêlés (valeurs en mg pour 100 g de foie)  :

Vitamine Veau[4]
(mg/100g)
Agneau[5]
(mg/100g)
Bœuf[6]
(mg/100g)
Vitamine C, acide ascorbique total 0, 7 13, 0 0, 7
Thiamine 0, 178 0, 350 0, 177
Riboflavine 3, 060 4, 590 3, 425
Niacine 14, 350 16, 680 17, 475
acide pantothénique 7, 075 6, 330 6, 943
Vitamine B6 0, 891 0, 950 1, 027
Folate, total 0, 350 0, 400 0, 260
Choline, total 411, 0 418, 2
Bétaïne 8, 1 6, 3
Vitamine B12 72, 50 µg 85, 70 µg 83, 13 µg
Rétinol (A) 20, 070 7, 777 7, 728
β-carotène 0, 040 0, 182
α-carotène 0, 011 0, 011
β-cryptoxanthine 0, 016 0, 021
Vitamine E (α-tocophérol) 0, 60 0, 46
γ-tocophérol 0, 03 0, 06
Vitamine K (phylloquinone) 1, 6 µg 3, 9 µg

  1. COUINAUD C. Le foie. Études anatomiques et chirurgicales. Masson et Cie, édit., Paris 1957
  2. abc (fr) V. Vilgrain, «Radioanatomie du foie et des voies biliaires» sur http ://www. med. univ-rennes1. fr. Consulté le 17 juillet 2008
  3. Denis Castaing, René Adam, Daniel Azoulay, Chirurgie du foie et de l'hypertension portale, Masson, 2006 (ISBN 2294014979) , «Anatomie du foie et des voies bilaires» 
  4. Veal, fluctuety meats and by-products, liver, cooked, pan-fried, USDA National Nutrient Database for Standard Reference, Release 21 (2008)
  5. Lamb, fluctuety meats and by-products, liver, cooked, pan-fried, USDA National Nutrient Database for Standard Reference, Release 21 (2008)
  6. Beef, fluctuety meats and by-products, liver, cooked, pan-fried, USDA National Nutrient Database for Standard Reference, Release 21 (2008)

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Foie.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 21/11/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu